dCe n’est plus un secret, les Free-to play ont le vent en poupe. De nombreux jeux classiques se voient déclinés sur ce modèle. Après Age of Empire, Tribes, ou encore Battlefield, c’est à la célèbre licence de jeux de gestion Anno, de s’essayer au modèle. Elle a un atout que peu d’autres free to play possèdent: le titre est intégralement jouable via un navigateur internet.

dAnno Online n’est pas un jeu inédit, il s’agit en fait de l’adaptation de Anno 1404, sorti en 2009 sur PC. Le jeu, sans être le meilleur de la série, était très sympathique et plutôt joli. Bien évidemment de nombreux changements ont du être faits. Dans un premier temps pour pérenniser le nouveau modèle économique, et ensuite pour s’adapter aux limitations techniques imposées par le fait qu’il s’agisse d’un jeu en flash. Pourtant Blue-Byte ne nous livre pas un jeu tronqué, et le contenu est franchement conséquent. Il s’agit donc d’un jeu de gestion complet. Comme dans tous les Anno, le but est d’établir une colonie. On commence avec quelques colons un brin paumés au milieu de cette terre vide, pour en crée une société. Plus on avance, plus la société se complexifie, et plus les demandes de vos citoyens deviennent luxueuses et exigeantes. Ceci vous force à créer une multitude de bâtiments spécifiques et à exploiter des ressources de plus en plus rares. Le tout sur un terrain limité, où la place va fatalement venir à manquer. Et c’est la tout le piment de Anno : vous pousser à faire des choix urbains et marchands qui seront souvent que partiellement satisfaisants.

Des limitations techniques pesantes

Anno Online est un exploit a bien des égards, le jeu est incroyablement beau pour un jeu en flash. Il est limité à deux dimensions, mais il est très propre et les modèles sont très détaillés. Même l’eau est convaincante, ce qui est loin d’être standard pour un jeu en flash. Il s’agit sans aucun doute d’un des plus beaux jeux en flash existant à ce jour.

Malgré tout cela le jeu peine à convaincre. Dans un premier temps le temps de chargement est assez long… en ADSL. Ce qui veut dire que si vous êtes en wifi sur un ordinateur portable, le lancement risque de prendre un petit moment. A cela s’ajoute le fait qu’il y ait peu de musiques différentes, et très vite on a l’impression de les entendre en boucle, ce qui est assez frustrant, même si elles sont de qualité tout à fait correcte. Le niveau de zoom est assez bas, et le dé-zoom rend assez vite les informations illisibles.

Enfin les bugs ont tendance à s’accumuler, et le jeu étant très compliqué il n’est pas toujours facile de comprendre si un bug a eu lieu ou si on n’a juste pas compris un mécanisme ou oublier d’effectuer une action ou encore de placer un bâtiment.

 

Tout vient a point a qui sait attendre… longtemps…

Comme tous les jeux qui sont passés au modèle free to play, Anno a dû intégrer une boutique, et l’a fait de manière assez discutable. Les habitués de la licence vont notamment s’arracher les cheveux car s’il y a toujours des choses à faire comme dans les épisodes précédents, on ne peut pas toujours les faire. Les ressources s’amassent lentement, les bâtiments mettent du temps à commencer la production. S’arrêter de jouer un long moment ne permettra pas de régler le problème car les entrepôts ont une capacité de stockage très limitée. La solution pour pouvoir jouer ? Acheter des rubis, monnaie in-game à échanger contre de la vraie monnaie, et ça coûte vraiment très cher. Si vous achetez les rubis nécessaires pour à peu près un mois de jeux (le pack le plus vendu est a 25€), vous aurez de quoi vous payer le jeu de base : Anno 1404, plusieurs fois en édition gold, celui-ci étant facilement trouvable sous les 10€.

Anno Online est une véritable prouesse technique. Jamais un jeu en flash n’aura été si poussé. Malheureusement les trop grosses concessions faites au jeu original, qu’elles soient économiques ou techniques sapent l’intérêt du jeu. On peut le conseiller en vue de s’initier à Anno, pour un jeu plus poussé il risque de s’avérer décevant.