En avant la musique

cvA l’occasion de la mise en ligne le mois dernier de l’émission spéciale Chart’s du 2’10, j’ai décidé de parler musique,

oui encore tchyavu. Mais plus exactement de concerts et plus précisément encore de ce que je fais pendant ceux-ci. Enfin on va se limiter à ce à quoi je pense, du moins d’une partie parce que sinon je risque d’avoir pas mal de problèmes…

Et oui, il est bien compliqué de se concentrer pendant une heure, 1H30, 2H, voire même 45 minutes si c’est un groupe ricain, sans que tout à… oh une mouche. Euh désolé, j’en étais où ? J’ai été pertur… oh un trombone vert, c’est rigolo. Hein, pourquoi je suis devant le PC, j’écrivais un truc ? C’est quoi ces cornichons à propos de pensées lors de concerts ? Ouais, bon ben j’ai qu’à écrire sur ça, je me demande qui s’est lancé dans ce texte mais autant le finir et d’ailleurs je vais y ajouter des morceaux de conversations lors de lives.

Avant toute chose, j’espère bien que vous partagerez aussi vos pensées lors de lives à la suite de cet article, c’est comme cela que ce billet prendra tout son sens, avec un véritable échange entre nous tous, un échange fort et empli d’émotions puisque l’on pourra se moquer publiquement de chacun.

En ce qui me concerne, voici mes pensées et citations de 2012 durant des shows musicaux :
– Pensé à ce que j’allais manger le surlendemain, soit lors de mon réveil tardif suite à l’after du concert.
– Pensé au impôts.
– Purée faut que je dise à machin de me filer la setlist sinon ça va être relou.
– Pourquoi j’ai dit purée ? Maintenant j’ai la dalle.
– Faut pas que je boive trop de flotte sinon faudra que je trouve les chiottes, oh ça rime, trop cool je vais en écrire une chanson.
– I feel atol.
– J’aurais pas du mettre ces groles il se met à flotter.
– Si jamais la cam marche pas ça va être lolant.
– Faut que j’arrête d’être à fond dans le show, BOD va avoir trop de doss’ sur moi.
– Superstar !!
– T’as vu les deux filles ? Elles vont s’assommer contre la scène et je raconterais que ça dans le live report !
– Il va tomber le gars, il va tomber, il va tomber… il est tombé.
– Eh ce soir rien à faire les gars, je monte pas sur scène !
– (sur scène) La lalalala la, la lalala la !
– Elle peut pas arrêter d’hurler la meuf derrière, ah mince c’est un mec.
– Woh la flotte sur la scène, le chanteur va glisser, je vais ajouter la musique de Benny Hill, poster ça sur le Net et ça cartonnera encore plus que Gangnam Style.
– T’as vu ces types ? J’allais à l’école avec eux et maintenant ils paient pour aller aux concerts que j’organise. Si, si je t’assure, je suis allé à l’école.
– On s’est hugué avec les chanteurs et maintenant mon T-shirt Eating Shit est rempli de sueur, je suinte l’odeur d’autres mecs, c’est évident, on est un samedi soir.
– Il peut pas arrêter d’hurler le mec derrière, ah mince c’est une meuf.
– Beuuuuuuuuh !!
– Quelque part en moi, des flashs explosent mes principes !
– Je suis trop vieux pour ces c*nneries.
– Aaah mais je sais comment je vais passer la partie C du level 8.
– Franchement j’ai hâte que mes cheveux repoussent.
– Il dort le gars devant ?
– Heureusement que Monsieur Reynald Pedros était en dédicace aujourd’hui et non sur Infosport +, ça m’évite de le louper.
– Purée faut que je coupe ma barbe demain.
– Ca s’appelle comment déjà la ville où on est ?
– Ouais tu sais je suis rédac chef JV site sur Gaming Spirit, je suis une crème comme RC, porte candidature pour nous rejoindre et tu constateras par toi-même.
– Tu vois je t’avais dit qu’il faisait pas du caca ce groupe.
– Faudra que je regarde le replay du catch de ce soir, il y avait peut-être Kelly Kelly.
– Tiens et si je balançais la tête dans ce sens pour voir.
– Tu briseras l’anathème qui me tient loin de tes bras.
– J’ai une touche avec la chanteuse ; comment ça c’est un chanteur ?
– 99 luftballoons, ein zwei drei tannenbaum…
– J’aurais du enfiler une ceinture.
– Pourquoi depuis que j’ai les cheveux courts tous les autres mecs aux cheveux courts viennent me parler ?
– Ca va là-haut ? Je vous entends pas Saint-Etienne.
– Ah ah aaha ah ah ah ah ah ah aaha (ad. lib).

Et ceci n’est qu’une partie racontable de ce qui s’est passé, l’année a été riche en esprit voyageur, mais cela ne m’a aucunement empêché de me concentr… oh un billet que j’ai pas encore publié.

Un premier album pour Doll$Boxx

wC’est chez Bishi-Bishi que sortira le premier album de DOLL$BOXX  intitulé DOLLS APARTMENT le 11/02/2013 !

Quand les membres de Gacharic Spin rencontrent Fuki cela donne l’alchimie d’un Girls Rock Band le plus extrême jamais connu!

Avec Fuki (chanteuse de LIGHT BRINGER) à la voix puissante et perçante, F Chopper KOGA (bassiste de Gacharic Spin)  renommée par son slap féminin, TOMO-ZO (guitariste de Gacharic Spin) au jeu puissant et ardant à la guitare , Hana (batteuse de Gacharic Spin) au talent exceptionnel qui accompagne également au chant sur les refrains et enfin Oreoreona (claviériste de Gacharic Spin).

Zep vous apprend à dessiner Tifeuf avec New Art Academy sur Nintendo 3DS !

Zep, le créateur de Titeuf a créé une leçon personnelle spécialement pour les détenteurs de Nintendo 3DS et de New Art Academy. Dès le 24 janvier 2013, et pour une période limitée, vous pourrez télécharger via SpotPass une leçon qui vous apprendra à dessiner le garçon à la mèche blonde.

hNew Art Academy propose un mode « Leçons personnelles » permettant à chacun de créer un didacticiel pour partager avec les autres utilisateurs de New Art Academy  une technique artistique ou une méthode pour reproduire fidèlement une œuvre. C’est donc le stylet et les mouvements de Zep qui vous guideront afin que vous puissiez reproduire Titeuf à la manière de son créateur.

Pour télécharger cette leçon personnelle :

  • Aller dans le menu principal de « New Art Academy »
  • Cliquez sur le bouton « Partager »
  • Cliquez ensuite sur le bouton « Vérifier les contenus partagés »

La leçon sera ensuite disponible dans le menu « Leçons personnelles » ; vous la trouverez en appuyant sur « Voir » puis « Voir une leçon ».

Et avant de vous lancer, quelques mots d’encouragement de la part de Zep : « New Art Academy est un excellent moyen pour avoir envie d’apprendre à dessinerC’est génial d’avoir dans cette toute petite boîte autant de matériel. Dessiner devient facile et le matériel tient dans la poche. Titeuf aurait adoré 

Cartoon Universe (Preview)

L’univers des dessin animé vous permet de partir à l’aventure fantastique avec votre personnage Toons Looney favori et Scooby-Doo.Au programme des énigmes à résoudre, des mini-jeux passionnants, et l’exploration de l’univers BD des Toons à explorer ! Les parents et les enfants devraient être aux anges !

Des musiques du groupe JESSE and The BONEZ dans “KILLER IS DEAD™”

Kadokawa Games et Grashopper Manufacture annoncent aujourd’hui une collaboration avec le groupe JESSE and The BONEZ  pour leur jeu “KILLER IS DEAD™”.
Deux des chansons du groupe, BOSSMAN et ACCESS VIOLATION, occuperont une place prédominante dans le jeu.
Deep Silver, l’éditeur du jeu en Europe et en Océanie, sortira une “Fan Edition” limitée pour ce jeu d’action qui sortira sur PlayStation®3 et Xbox 360® le 30 Août 2013 en Europe.
v

Alice David est la voix française de la nouvelle Lara Croft

Square Enix France, l’éditeur des produits de divertissement interactif de SQUARE ENIX en France, annonce aujourd’hui sa collaboration avec Alice David, qui incarnera la nouvelle voix de Lara Croft dans le prochain Tomb Raider.

kl

 

En 16 ans, Lara Croft est devenue une icône du jeu vidéo. Le 5 mars 2013, Tomb Raider revient aux origines de l’aventurière, avec une Lara plus jeune et moins expérimentée.

 

« Cette réinvention du personnage de Lara Croft mettait en évidence la nécessité de changer sa voix. Nous avons voulu trouver une actrice qui soit en harmonie avec la personnalité de l’héroïne : jeune, sensible et moderne, Alice David représente parfaitement cette nouvelle génération qui a grandi avec Lara. Elle est parfaite pour ce rôle » explique Tristan Perdriau, Responsable Marketing du jeu vidéo Tomb Raider chez Square Enix France.

 

 

Alice David est née à Paris, d’une mère comédienne et d’un père metteur en scène. C’est depuis toute petite qu’elle est immergée dans le monde du théâtre. C’est seulement après le baccalauréat qu’elle décide de devenir actrice et entre en 2007 au conservatoire du 7ème arr. de Paris. En parallèle de ses cours, elle se forge sa propre expérience multipliant les tournages pour la télévision, la publicité et quelques courts métrages.

 

C’est en 2011, qu’Alice David est révélée au grand public grâce à la série « Bref ». Elle y interprétait le rôle de « Cette Fille ». Elle sera au cinéma en 2013 à l’affiche du film « Les Profs » de Pierre François Martin Laval.

 

«  Etre choisie pour prêter ma voix au  personnage de Lara Croft était un honneur. C’était ma première expérience de doublage et je l’ai vécue de manière très intense. C’était un réel plaisir d’aller chercher les émotions du personnage, qui se veulent fortes et sincères, tout au long des séances d’enregistrement » déclare Alice David.

 

« Alice David a été formidable durant tout l’enregistrement. Elle s’est totalement investie dans le projet et elle a su capter toute la complexité de cette « nouvelle » Lara. Elle y a apporté en plus la subtilité nécessaire pour interpréter l’évolution du personnage », ajoute le directeur artistique du doublage. (Studio Dune Sound)  »

 

Tomb Raider sortira sur PlayStation 3, Xbox 360 et PC le 5 mars 2013.

 

RunSanity accélère votre iPhone, iPod et iPad

fDéfiez vos amis sur mobile ou tablette !

Disponible depuis le 27 novembre  gratuitement sur l’AppStore

Heliceum, société française spécialisée dans le développement et l’édition d’applications et de jeux pour Smartphones et tablettes tactiles, a lancé le 27 novembre RunSanity, un jeu explosif et multi-joueurs sur iPhone, iPod Touch et iPad et optimisé pour l’iPhone 5 !

Un mode « Défi » complètement inédit

RunSanity vous propose une toute nouvelle expérience de jeu sur mobile grâce à son système innovant de « Ghost » qui vous permet de défier vos amis instantanément via Facebook ! Jouez une partie et envoyez directement votre défi à un de vos contacts Facebook. Après avoir accepté le challenge, il jouera la même partie que vous contre le « fantôme » du personnage que vous avez joué qu’il tentera de battre. Adrénaline garantie !

f

Un scénario déjanté

Le mode Histoire vous emmène aux côtés de Stan et de sa bande dans un scénario complètement déjanté. Votre mission si vous l’acceptez, consiste à combattre l’étrange épidémie qui semble s’être emparée du campus. Un sale cabot est doté de l’étrange pouvoir de transformer les élèves en idiots boutonneux : « les nerds ». Vous devrez donc échapper à la bête en utilisant les talents uniques de chacun des personnages.

Le mode Arcade pour prolonger l’aventure

Si vous êtes accros aux scores et que vous aimez les sensations fortes, le mode Arcade vous permet d’aller au bout de vous-même. Exploitez à fond les personnages, chacun ayant ses propres caractéristiques et performances. Utilisez de nombreux power-ups pour aller plus loin qu’aucun joueur n’a jamais été dans le jeu ! Améliorez les performances de vos personnages en les habillant avec des tenues plus délirantes les unes que les autres : personnages célèbres de jeux vidéo, super-héros, dessins animés, cinéma…

RunSanity est un jeu riche doté d’une longue durée de vie grâce à ses 5 personnages jouables et personnalisables, plus de 20 niveaux (et 20 à venir), 3 modes de jeu, de nombreux succès à débloquer, des tonnes de bonus et de tenues à collectionner !

Héliceum est le créateur de Faker$ – application de photo-trucage téléchargée à plus de 1 million d’exemplaires (!) et de Human Defense – un jeu de « Tower Defense » qui se déroule dans le corps humain. Pour en savoir plus, courrez sur

Raport direct de DeathGaze

C’est à 20H04 que les lumières de la salle s’éteignent pour laisser place aux spots de couleur et à la musique d’intro. Les artistes arrivent sur scène et d’entrée de jeux, chauffent la salle avec « Créature ». Ils n’ont pas trop à faire puisque le public semble déterminer à faire de cette soirée un vrai live de métaleux déchainés. La voix éraillée de Ai en laisse aucun doute.
C’est avec « Dead Blaze » que Ai se lance dans ses growls qui fait office de déclencheur chez les fans pour un headbang général. La basse et la double pédale entraine des pogos de tout cotés. L’intensité du live est poignante, ce n’est pourtant que la seconde chanson !
Si le chanteur est bien visible en devant de scène, le batteur ne l’ai pas du tout surtout du fond de la salle. Quand au guitariste Takaki il semble plus timide mais offre de jolis sourires aux personnes en face de lui. Le bassiste Kosuke quand à lui vient au devant des fans et leur adresse des signes rendant le public plus survolté qu’il ne l’était déjà.
« Allure » se lance, bien qu’un temps plus mélodique elle n’en reste pas moins à l’image de DeathGaze et de leur fans. Ne laissant aucune pose nous passons déjà à « Ring the death knell » Ai enchaine des passages mélodiques avec d’intenses growls. C’est en plein cœur de ce mélange acidulé-sucré que Takaki s’approche pour jouer son solo… Qui aurait mérité de durer un peu plus longtemps. La température de la salle est en perpétuelle augmentation et ce n’est pas avec le comportement scénique du chanteur qui cherche à exciter la fausse que ça va se calmer. D’autant que le bassiste sait lui aussi mettre l’ambiance. Kosuke a une réel présence au près des fans. Il n’hésite pas a se lancer dans un headbang en bordure de scène.
C’est sur « Vice » que Takaki se décide enfin à s’approcher du bord. La mélodie ne dénote pas vraiment des autres mais reste au même niveau. Nous somme de toute façon qu’au début de ce live.

Nous repartons sur du très lourd niveau des growls et de la rythmique avec « Newborn-wrongfullife », donnant un vent de headbang général encore plus motivé que précédemment et qui ne perd pas son souffle à l’arrivé de « Downer ».

C’est avec sa suivante « Sorrow » que DeathGaze nous plonge dans un instant de calme. Un petit moment plus triste aussi. Le public s’est calmé et c’est attentif qu’il reste à écouter la voix et les solos de guitare de Ai. Cette atmosphère ne retombe pas et s’enchaine avec « Forsaken ». La voix écaillé et douce s’entremêle aux lignes de basse. Takaki laissant l’air s’imprégner d’un très joli solo. Cet interlude plus sentimental prend fin sur un cri déchirant du chanteur.
La température ayant un peu chuté c’est à grand coup de « OYE ! OYE ! » façon deathvoice et scandé par tout les membres que le groupe remotive son public pour la suite de ce concert. Evidemment ceux-ci ne manque pas de lancer des « Thank you ! » le visage enjoué par le plaisir de voir leur public apprécier leur venue en France.
C’est avec « Malice » que le concert se poursuit, Kosuke faisant les cœurs aussi bien pour le refrain que pour les growls. Les membres du groupe venant au devant des fans même Takaki qui semblait plus timide se lâche enfin. L’ambiance se retrouve aussi bien sur scène que dans la fausse.
A la fin de la chanson Ai lance des « Ikeruke ! » à n’en plus finir. A savoir que cela signifie : Allons-y !
« Mettons l’ambiance ensemble » serait une façon d’exprimer son plaisir et cela les fans l’ont bien comprit. « Crash Down » remet le public dans un état d’excitation tel qu’il était au début il y a à peine 1H de cela. Pogo et headbang s’enchaine. Et si peu ou pas de slam furent au rendez vous, il en aurait été autrement si la salle fut mieux adapté à ce genre de pratiques. Tandis que le public est à fond, les membres de DeathGaze eux aussi se lâche complètement.

Ai va pour s’exprimer mais les fans se mettent à chanter « Happy Birthday to Takaki ». Ce qui les fait sourire et le guitariste remercie en français de cette touchante attention à son égare.
Une fois le public prêt pour la suite du live et un discourt de remerciement de la part du chanteur c’est avec « Paranoid Parade » que reprend le show suivit par « Undead Fact » sur les quelles Kosuke ne cesse d’entrainer le public à scander des « Hey ! Hey ! Hey ! ». La fin de la chanson de fait mélodique avec le solo de guitare et un passage vocal très calme.
La fatigue commence à se faire un peu ressentir auprès des fans qui sur « 死桜 » se donne pourtant à fond mais pas autant qu’au tout début. Peut être est ce aussi cette perpétuelle successions de riffs sombres et intense qui ne change pas de beaucoup. Chaque mélodie à son timbre propre mais le rythme est toujours aussi intense. Il fait excessivement chaud, certain homme dans le public se retrouve même torse nue ! Alors que la première partie semble se terminer, lors de « Domestic pig#1013  » Ai tombe dans le public une première fois. Est ce ce qui motive de nouveau la foule ? Le public semble de nouveau reprendre toute son énergie et c’est sous les riffs de « Abyss » que les pogos s’enchainent. La température est plus que étouffante et pourtant après avoir lancé « last song », Ai passera plusieurs minutes à chauffer le public. C’est la dernière chanson de ce concert et cela c’en ressent. Le public est tellement à fond qu’on a du mal à se demander comment cela se fait qu’il n’y a pas de blessé… Le chanteur voulant profiter de cette engouement s’approche de nouveau un peu trop prêt du bord et se retrouve dans la fausse. Takaki et Kosuke de leur coté donne le meilleur d’eux pour clôturer cette première partie de live. Quand la chanson se fini, le public est remonté à bloc et semble vraiment satisfait.

Quelques minutes de pause avant de reprendre avec un bon rappel de 7 chansons. Mais avant de commencer seul Naoki et Kosuke monte sur scène pour jouer un duo très appréciable.

Ai et Takaki reviennent sur scène à leur tour. Les membres du groupe portent alors le t-shirt de la tournée. Chacun des membres entraine le public à scander des « Hoy ! » à tour de bras. Ai attrape sa guitare et… « Iridize Dream » est lancé. Cette chanson d’un hard rock moins agressif est appréciable pour un début de seconde partie. Elle est énergique mais sans trop de brutalité et le refrain est repris par tous. Les fans commencent à s’échauffer sans pour autant se bousculer dès le début.
Ai garde sa guitare pour jouer « The End » une chanson plus douce mais pas autant que les précédente qu’il a déjà joué à la guitare. Bien qu’il y ait un passage à vide où la voix du chanteur est mise en valeur, les growls et les headbangs s’enchainent même sur le petit solo de Takaki. « Decade » est celle qui suit. Cette chanson fait partie des plus calme et douce de la soirée. Le public semble d’avantage se concentrer sur la prestation du groupe. Le jeu de guitare de Ai reste pareille à lui même simple mais en accord avec l’esprit DeathGaze.

Après avoir reposé sa guitare Ai annonce qu’ils vont jouer « Chaos ». Ce mot qui sera scandé par le chanteur tout le long de la chanson sur des riffs redevenu bourrin. Les artistes ne demeurent pas statiques et vont au devant des fans pour headbanger en cœur. Avant de débuter la chanson suivante « I’m broken baby » le groupe fait monter l’intensité dans le public un bon moment. Ce qui à pour conséquence la reprise des pogos dans la fausse. Le coté métal et bourrin est présent tout au long de la chanson et la voix rocailleuse d’Ai se mêle aux riffs et à la double pédale bien présente. Cette dernière se ressent encore plus sur « リヒトゾイレ » et bien qu’épuisé par la chaleur et 1H30 voir plus de pogo, la fatigue ne se fait pas ressentir. Chacun des membres du groupe montre leur enthousiasme afin de le partager avec leurs fans. La réussite de ce live ne fait aucun doute et c’est avec « 闇に雨腐敗した世界 » que cette soirée se termine ! Cette musique un peu moins violente que les deux précédentes ne manquent toute fois pas d’intensité. C’est sur des headbang endiablé que va se clôturé ce live.

Derniers remerciements, derniers salut en cognant leur poing avec le public et c’est par un « Thank you ! Merci ! I love you ! » adressé aux fans que DeathGaze quitte la scène.
Ce live fut chaud, très chaud ! Très intense aussi mais il est fort à parié que le groupe reviendra donner à leur fans français un live avec une aussi bonne ambiance !
Merci à eux ! Merci aux fans de leur avoir fait partager une ambiance typiquement française et merci à B7Klan pour nous avoir organisé un live que tout métaleux qui se respecte aurait growlé de plaisir !

Conférence de presse de Asian Kung-Fû Generation

Japan addiction music : Bonjour et félicitation pour votre venue en France. Vous avez eu différentes phases musicales dans votre carrière, vous étiez plutôt pop-rock au départ puis vous vous êtes ensuite tourné vers un style aérien, pop et expérimental. Pensez-vous faire encore évoluer votre style et si oui vers quoi ?
Asian Kung-Fu Generation : Nous ne savons pas trop comment va se passer notre évolution pour notre prochain album. Nous verrons bien…

Japan FM : Parmi tous les concerts que vous avez faits gardez-vous un souvenir particulier ou quel est votre meilleur souvenir ?
Asian Kung-Fu Generation :
Ijichi : C’était la représentation sur le GREEN STAGE, scène principal de Fuji rock.
Kita : Le Green Stage aussi mais, en tout début de carrière nous avons joués sur une toute petite scène au milieu de la nuit et on s’inquiétait de savoir s’il y aurait du monde et il y a eu plein de monde. C’est un très très beau souvenir.
Yamada : Notre premier concert solo.
Gotô : En 2005 nous avons fait la première partit de OASIS au Japon dans une salle de 10 000 personnes et OASIS était déjà le groupe mythique pour nous et j’étais très ému.

Journal du Japon : Comme votre musique a déjà beaucoup évolué, qu’est-ce qui vous donne encore l’envie de faire de la musique ?
Asian Kung-Fu Generation : C’est difficile d’exprimer juste en un mot. Il y a plein de raison qui nous donne la motivation de faire de la musique. Adolescent c’était l’ennui, la colère… qui nous donnaient la motivation. Mais au fur et à mesure que nous avançons en âge nous cherchons l’harmonie entre le groupe et la beauté des sonorités. C’est pour ça que notre son évolue depuis nos débuts. Nous somme à la recherche de notre identité. Faire sonner le rock à la japonaise. Comment trouver notre style, notre identité, notre nationalité c’est cela que nous recherchons dans notre musique, notre art.

Ongaku Dojo : Ce soir le Bataclan sera complet, imaginiez-vous être aussi populaire en France ?
Asian Kung-Fu Generation : Non. (Les membres du groupe rient). C’est vraiment incroyable.

Le fansite AKG Fragments : Nous sommes heureux et fiers de vous voir en France. Vous utilisez de plus en plus internet pour diffuser vos concerts dans le monde entier. Est ce une pratique qui vous tien à cœur et que vous souhaitez développer ?
Asian Kung-Fu Generation : Effectivement l’internet est un outil important puisque pour le public étranger il est impossible d’amener le vrai show avec ce que nous faisons au Japon. Comme les concerts de 20 000 personnes. Les décorations, la scène… Il serait impossible d’amener tout ça en Europe. Et pour partager ces moments là avec les fans hors du Japon, cela se fait par internet. C’est pour cela que c’est très important pour nous de développer ce partage.

Japan Bar : Qu’a déclenché en vous la catastrophe de Fukushima pour avoir créer le journal gratuit « The Future Times » et le festival « No Nukes » avec des scènes alimentées en énergie solaire ?
Asian Kung-Fu Generation : Enfaite, même avant l’accident nous recherchions déjà des informations sur le sujet et sur les déchets nucléaires qui sont très dangereux. Seulement il y a une véritable pression politique à ce sujet et nous n’avons pas put mettre en œuvre cette action avant l’accident. Et c’est vraiment regrettable car si on avait commencé avant cela se serait peut être passé différent… Est ce que cela aurait fait réagir les gents..? Nous somme motivés maintenant afin de ne pas regretter de nouveau.

Orient Extrême : L’illustrateur Nakamura Yusuke semble indissociable de l’identité du groupe. Est il considéré comme un membre du groupe ? Le groupe pourrait il exister sans lui ?
Asian Kung-Fu Generation : C’est vrai, Nakamura est le cinquième membre du groupe et il est certain qu’il continuera de faire ses dessins pour le groupe jusqu’à la mort. Nous aurions aimé le faire venir ici mais (rire des membres du groupe)… C’est un « âne »… C’est risqué pour la popularité du groupe… (rire du groupe)

Gaming Spirit : Quelle est parmi toutes vos chansons celle qui représente le mieux l’esprit de Asian Kung-Fu Generation ?
Asian Kung-Fu Generation : C’est trop difficile mais je vais y réfléchir pour la prochaine fois.

Asia Is One : Dans quelles heures vous allez monter sur scène pour donner un live à Paris. Quelle est votre état d’esprit actuel ?
Asian Kung-Fu Generation :
Ijichi : On arrive de Londres et ici on mange bien.
Kita : N’importe quelle petite rue, fleur ou monument c’est vraiment impressionnant et très joli.
Yamada : J’ai visité quelques monuments historiques de Paris et c’était impressionnant. Tout était plus grand que je pensais donc j’aurais souhaité rester un peu plus à Paris.
Gotô : Au travers toutes ses jolies vus à Paris, ses bâtiments, des vieilles choses je ressens la culture et l’histoire de la France. Vous semblez fier d’être français. C’est ce que j’ai ressentis en marchant dans la rue. Il n’y a pas très longtemps la gare de Tokyo a été refaite. Au Japon le but est de détruire pour reconstruire et c’est un peu dommage.

Play of Medley : Pour revenir sur cette question d’engagement contre le nucléaire. Est ce que c’est difficile de jumeler cela avec un groupe à la popularité tel que le votre ou est ce un devoir d’être engagé en tant que groupe pour faire passer un message à la jeunesse ?
Asian Kung-Fu Generation : Effectivement c’est notre devoir. La réalité c’est qu’il y a beaucoup plus de personnes connus, groupe, rock star ou même des acteurs qui ne parlent pas. Parce qu’il y a une certaine pression. La société occidental est différent de celle au Japon et nous espérons que cette état d’esprit qui fait qu’on ne ressente aucune honte aucune culpabilité d’être engagé devienne évidente pour tous. Ces personnes célèbres qui ne disent rien ont souvent trop peur de perdre leurs sponsors qui financent leurs concerts. AKFG est un groupe indépendant et le journal « The Futur Times » c’est nous qui le finançons. Nous, nous pouvons continuer de parler de tous ces problèmes tout en continuant de travailler.

Tes ennemis favorites

Your Favorite Enemies , est un groupe de Rock alternatif de Montréal Canada
*En 2008, ils ont travaillé avec le compositeur japonais de jeux vidéo Takeharu Ishimoto pour arranger, écrire les paroles, et interpréter trois titres sur la bande son de Dissidia: Final Fantasy.
Le 28 avril vous pourrez les retrouver au cours du  Bla Bla Bla : The live show. Il s’agit d’une émission diffusée sur You Tube , où l’on retrouve des  interviewes, des reports filmés, des concours pour gagner des titres du groupe qui peut faire parfois des prestations live.
Un tchat rend le tout interactif . C’est dimanche l 28 avril à 18h !