La nouvelle belle plante d’Amanita Design

A l’instar d’un Flower avec lequel la comparaison botanique est facile, Botanicula ne sort pas de nulle part.

En effet, il s’agit de la nouvelle œuvre d’Amanita Design, déjà auteur, entre autres, de Machinarium, un point and click au grand succès critique, le studio tchèque a décidé de passer de la froideur métallique des machines à la chaleur organique des plantes. Après nous avoir surpris, Jakub Dvorský et son équipe réussiront-ils la dure étape de la confirmation ?mo

Quelque soit le résultat final, on peut se dire qu’ils n’ont pas choisi la facilité en se lançant de nouveau dans un point’n click, les comparaisons critiques n’en seront que plus faciles. Afin de tout de même se démarquer d’emblée de Machinarium, un tout nouvel univers fut créé et tant qu’à cela ne tienne, passer d’un extrême à l’autre était peut-être le plus simple. Après l’ambiance robotique et métallique, on entre donc tout simplement dans… la nature !

L’histoire

lo
Le microcosme animal et végétal est ici au cœur de l’action puisqu’il vous faudra sauver votre milieu et en aider ses autres habitants en dirigeant une bande de cinq personnalités hautes en couleurs : Branche, Champignon, Gousse, Lanterne et Plume, formant ensemble un véritable sentaï. La cinématique d’intro nous montrant chacun des personnages, dans son univers à lui, être averti en temps réel de l’alerte l’emmenant rejoindre ses compagnons d’aventure, s’avère justement typique de l’univers tokusatsu. Ce détail n’en est finalement pas un, il s’agit plutôt d’une très forte accroche. L’alerte en question survint après avoir vu une araignée s’emparer de quasiment toute la sève d’un arbre libéré par nous-mêmes, nous plongeant ainsi dans l’action au beau milieu de la cinématique, tout en y apprenant notre mission.

Bota Nicula, ambiance de la forêt

Les graphismes mignons, drôles et jolis de la faune et de la flore nous plongent dans l’univers animo-végétal de Botanicula sans mal. Chaque découverte d’un nouveau personnage ou d’une nouvelle situation déploie notre imagination, on ne verra plus jamais les arbres du parc d’à côté comme avant. L’ambiance sonore, principalement basée sur le sound design, et oui on ne retrouve pas une compilation de groupes de rock fusion progressif à la mode, est aussi grandement réussie. Assez portée sur le comico-mignon également, il n’y a qu’à écouter les bruits poussés par les personnages pour s’en convaincre. L’atmosphère reposante de la nature, agrémentée de sons de la vie comme le vent soufflant ou un animal bourdonnant, permet également
de se sentir toujours plus proche du monde ici dévoilé, mais également de calmer nos nerfs mis à rude épreuve.

Game System
Notre joyeux club des cinq, après avoir échappé à l’araignée, se lance désormais dans son périple qui, comme dans n’importe quelle série de super-héros, aura sa toile de fond consistant ici à protéger l’arbre et ses habitants de ces araignées représentant « Le Mal ». Mais pour arriver à cette finalité il leur faudra remplir bien d’autres missions toutes plus farfelues les unes que les autres, dénicher un certain nombre de plumes, retrouver les enfants d’une créature, délivrer des poules…, où chacun bénéficiera de son quart d’heure de gloire mais où le collectif vaincra. En effet, on ne contrôlera pas la petite bande comme on le souhaite à chaque situation, pour les déplacements d’un écran à l’autre il suffira de cliquer sur la flèche de la direction de son choix parmi celles proposées, les cinq se déplaceront alors d’un seul homme ou plus exactement d’un seul végétal. En ce qui concerne les actions en elles-mêmes, il sera possible d’interagir avec certains éléments du décor sans que nos personnages soient mis à l’épreuve, celles-ci pourront très bien être uniquement décorative comme une broussaille remuant suite à notre click, amener une saynète un peu plus consistante mais sans conséquence sur notre aventure ou bien encore d’autres qui elles la feront avancer, que l’on s’en rende compte ou non d’ailleurs. Bien entendu, d’autres phases nous permettront d’employer notre quintet mais sans emprise totale sur le choix du personnage, un seul d’entre eux pourra tenter certaines actions, tandis que dans d’autres situations le choix nous est laissé d’utiliser celui que l’on souhaite et ce jusqu’à ce que la réussite soit avec nous. Il est justement préférable pour nous de ne trouver le bon avatar qu’en dernier, permettant ainsi de voir se dérouler chaque tentative, toutes plus amusantes les unes que les autres.