Dead Rising est une des trop rares licences lancées ces dernières années. Le premier épisode est sorti en 2006 sur PC et Xbox 360, avant un portage sur wii en 2009. Le jeu, un beat them all où vous détruisez de nombreux zombies, a su se démarquer de ce genre bien encombré via un gameplay très libre. Et l’épisode 3 semble bien décidé à continuer dans la même direction.

Dans l’épisode 1 le joueur était coincé dans un centre commercial avec de très nombreux zombies infectés. Dans le deuxième épisode il s’agissait d’un quartier complet de Fortune City, une ville servant de substitut à un Las Vegas en ruine. Pour l’épisode 3 les développeurs ont répondu au désir des joueurs d’un terrain de jeux encore plus grand, et nous livrent une ville complète : « Los Perdidos ». Au programme : des zombies débiles, des véhicules étranges et des armes encore plus étranges. Ça promet !

Des zombies et des hommes

Pour ce nouveau Dead Rising, vous incarnez Nick Ramos : un jeune mécanicien. Lui son hobby dans la vie c’est vivre, mais son projet est bien perturbé quand sa ville se retrouve envahie par des innombrables hordes de zombies. Manque de pot les militaires ont décidé que les fusils c’était has-been, et s’ apprêtent à raser la ville pour la débarrasser de ses occupants indésirables. Notre mécano va donc être obligé de faire équipe avec d’autres gens afin de survivre et de fuir la ville avant le grand ménage.

Nouveauté : vous pouvez ici vous balader entre 2 missions. Ceci afin de ramasser des objets ou tout simplement les tester et vous amuser.

Pour se faire il va falloir se battre, et ça tombe bien car les développeurs ont annoncé qu’on pourrait utiliser 400 objets différents, allant de la télé au mannequin en plastique. Il est aussi possible d’utiliser des objets plus exotiques.

Pimp my gun !

Dead Rising 2 avait beaucoup fait parler de lui grâce à un argument de poids : le crafting. Il était possible de créer des armes pour le moins originales. Je pense que tous ceux qui l’ont essayé se souviennent des gants de boxe avec couteaux ou de la pagaie tronçonneuse. Dead Rising 3 est allé encore plus loin… beaucoup plus loin ! Ainsi il est possible de crafter sans établi, mais voyez surtout ce qu’on craft : en combinant un ampli et de la poussière de diamant, voilà un sabre laser ! (j’ai pas compris non plus). Mais il y a de nombreuses autres armes a dispositions telles que le lance-flamme, la massue-tazer etc… Mais nos joyeux développeurs ne se sont pas arrêté là puisqu’on peut également cafter des véhicules. Avec une moto et un rouleau compresseur vous obtenez… Un moto-compresseuse avec lances flammes ! On comprend vite que le jeu est basé sur un grand nimporte quoi très rigolo, mais un éventuel problème peut apparaître : face à ces armes monstrueuses, les ennemis n’avaient pas l’air très farouches. On attendra cependant la sortie sur PC et Xbox One pour confirmer l’impression d’une difficulté amoindrie.

Dead rising 3, c’est tout simplement n’importe quoi. Il s’agit cependant d’un délire quoi aussi jouissif qu’hilarant. Les développeurs ont pris les bons points de Dead Rising 2 et les ont encore améliorés… au risque de devenir répétitif. On attendra la sortie du jeu en version finale pour trancher, mais le jeu a déjà l’air bien sympathique.