Après avoir été le chanteur du groupe Janne Da Arc, Yasu (Yasunori Hayashi : 林保徳) s’est lancé dans une carrière solo en créant Acid Black Cherry !
C’est en 2007, date de la mise en pause de Janne Da Arc, que ce nouveau projet a été lancé secrètement par Yasu. Il organise à partir de mai une tournée de lives à travers le Japon, et en juin, annonce officiellement la création d’Acid Black Cherry, annonce suivie de très près par la sortie de son tout premier single « Spell Magic » en juillet. Yasu a collaboré lors de son enregistrement avec des artistes de renom tel que SUGIZO (Luna Sea), Shuse (La’cryma christi). Si ce ne sont pas les mêmes artistes qui jouent lors des lives, le public profite des prestations d’autres artistes très connus comme Chisato (Penicillin). Afin de promouvoir sa carrière, Yasu enchaine cette année là des émissions radio ainsi que les interviews dans différents magazines.

Après ses différents lives secrets, Yasu participe aux events d’un festival appelé « SWAPPING ROCK PARTY  » dans les différents ZEPP du Japon. Une sorte de mini tournée dans de grandes salles de concerts regroupant différents artistes et qui clôture cette année 2007 déjà bien remplie.

Le premier single, « Spell Magic », sorti le 18 juillet, a vraiment fait l’unanimité auprès des fans. Cette chanson pleine de vie et de folie a su plaire et même attirer un nouvel auditoire. La chanson parle d’un amour uniquement lié à la séduction du corps et qui fini par devenir un véritable amour. Ce thème d’amour-séduction sera assez souvent repris par Yasu.
C’est en montant un clip à l’image du groupe, à la fois simple mais qui se révèle un vrai groupe de rock stars sur scène, que le jeu de séduction de Yasu opère. Le contraste entre le début du clip, montrant de jeunes artistes peu sûrs d’eux, et ce qu’ils deviennent une fois la magie de la musique lancée, surprend et réveille la curiosité, poussant le spectateur à vouloir regarder et écouter « Spell Magic » jusqu’au bout.

Son second single « Black Cherry », sorti le 26 septembre, a reçu un accueil tout aussi important que le premier. Une musique douce qui se transforme tout d’un coup en un rock effréné. Si les paroles de la musique parlent d’un amour à sens unique et principalement relié au sexe, le clip quant à lui se passe dans un cabaret où la chanteuse si convoitée est en fait un homme. Il est possible que Yasu ait sous entendu que l’amour n’est pas une question d’éthique comme il peut tout aussi bien avoir pris la parole pour une femme.

Cette première année se clôture par la sortie du troisième single « Aishitenai » le 28 novembre. Début janvier 2008, sort le quatrième single d’Acid Black Cherry, « Fuyu no Maboroshi ». Cette chanson d’une grande tristesse ressemble aux précédentes, mis à part qu’il y est question de la mort. Dans le clip de « Fuyu no Maboroshi », Yasu tel qu’il a été présenté dans le premier clip se retrouve entre la vie et la mort mais vers la fin il se remémore sa vie, dans un medley des précédents clips, faisant ainsi un petit rappel de ce qu’il a déjà sorti. Bien que le clip ne corrèle pas exactement aux textes, il est toutefois original.

C’est le 20 février de cette année 2008 que sort le premier album de Acid Black Cherry « Blacklist ». Cette sortie marque le début d’une série de lives qui débute par le festival SAKURA JAM’08 donné le 1er mars s’en suit une tournée dont la première date est le 6 mars et qui se clôture le 23 mai.

« Blacklist » reprend les premières pistes des quatre premiers singles. La première piste de l’album « sins » parle des sept péchés capitaux qui nous mettraient sur la liste noire pour le paradis. Tout l’album parle principalement d’un amour trahi ou d’un amour lié au sexe. D’un côté l’on trouve une musique aux guitares saturées et aux sonorités brutales qui rappelle un peu les mélodies plus métal de certains groupes de visual-kei avec parfois une voix trafiquée qui se retrouve sur quelques pistes. De l’autre, son style déjà bien précis vu dans les singles liant tristesse et folie. L’album se clôture sur la douzième piste « Prologue End ». C’est une musique douce jouée au piano sur laquelle la voix de Yasu coule sensible et cristalline. Il parle d’un amour pur et sincère qui semble donner le goût à la vie et lui conférer une force peut être faible mais qu’il a envie de communiquer à celle qu’il aime. Cette note de pureté où piano, violon, guitare, basse et batterie s’entremêlent est tout à fait représentative d’Acid Black Cherry.
Ce premier album est un vrai petit bijou de douceur et de jovialité. Bien qu’assez répétitif sur le thème des chansons la plupart des pistes sont plus qu’intéressantes et promettent un avenir certain pour Acid Black Cherry.

Le 21 mai, deux jours avant la fin de la tournée promotionnelle de ce premier album, Yasu sort un album de 10 pistes constitué de reprises de chanson (souvent anciennes) d’autres artistes.

L’année 2008 n’est pourtant pas finie, loin de là puisque deux sorties singles sont prévues : le cinquième « 20+∞Century Boys » sorti le 27 août et le sixième « Jinsaw » sorti le 27 novembre. Une participation au festival qui s’était déjà déroulé l’année précédente dans les différents ZEPP du Japon est également au programme, cette fois parrainé par Acid Black Cherry lui même. La tournée de l’année s’achève avec classe au coté de Hyde et Kaze lors d’un évent parrainé par Vamps le 30 octobre au Zepp Tokyo.

Avec « 20+∞Century Boys » Acid Black Cherry revient sur ses débuts. En effet la musique rappelle bel et bien le style énergique et entrainant que nous avions l’habitude d’entendre. Le clip montre aussi Yasu et ses musiciens dans cette carrière de rock stars qu’ils avaient acquis dans l’histoire du premier clip. Yasu semble vouloir exprimer le fait que les jeunes ont le droit de rêver car certains rêves peuvent se réaliser. Les paroles parlant d’avantage d’espoir que de sexe. Cette fois c’est la jeunesse et l’innocence qui est mise en avant avec cette mélodie festive. Cette chanson donne un nouveau visage à Acid Black Cherry.

Yasu clôture l’année 2008 par une dernière sortie avec « Jigsaw ». Cette chanson est particulièrement intéressante, autant sur le style musical qui mélange un rock saturé avec un léger son métal, que par rapport à ses paroles qui expriment la désillusion face à la faiblesse de l’être humain qui fait l’inverse des bonnes paroles qu’il prêche. Cette chanson est à l’image de Acid Black Cherry, une réalité dévoilée crument avec une belle voix qui s’associe à une musique à la fois rock et mystique. Le clip ne manque pas d’originalité puisque la formation se montre dans leurs atours de rock star sauf qu’ils changent d’apparence pour laisser place à des créatures sortant des cauchemars. Yasu prend la forme d’un vampire, petit clin d’œil à Vamps, celui ci étant pour ainsi dire fan de Hyde. Ces créatures cherchent à dévorer une jeune femme, une image pour représenter la fatalité de l’être humain qui se laisse dévorer par ses propres démons.

L’année 2009 débute pour Acid Black Cherry le 18 février avec la sortie du septième single « Nemuri Hime ». Le huitième single, sorti le 29 juillet est  » Yasashii Uso ». Leurs mélodies n’ont pas de particularité si on les compare à certaines autres compositions de Yasu mais elles n’en restent pas moins belles.

C’est le 26 août de cette année 2009 que sort le second album de Acid Black Cherry nommé « Q.E.D. ». Il reprend les singles : Jigsaw (en version modifiée pour l’album), Nemuri hime, Yasashii uso et 20+∞Century Boys.
« Mother » étant la première piste qui commence de façon religieuse et mystique. Les paroles parlent bien évidemment d’amour mais aussi du sens de la vie, de son importance et de ses douleurs. L’album se finit par « 20+∞Century Boys ».

Après cette sortie, Acid Black Cherry participe à trois festivals avant d’entamer leur tournée promotionnelle de cet album le 16 septembre. Toutefois celui-ci sera interrompu pour raison de santé, Yasu devant subir une intervention chirurgicale en raison de kystes au niveau des cordes vocales.

C’est donc au printemps 2010 que reprennent les activités de Acid Black Cherry. Avec pour patienter la sortie de « Recreation 2 » le second album de reprises.

Ce n’est que le 18 août que sort leur nouveau single « Re:Birth ». Celui-ci est à l’image de ce que Yasu nous a habitué bien que le sens ‘amour’ ne soit pas vraiment explicite et qu’il n’y ait aucun acte charnel. Cette chanson rappelle celle de « Maria » de l’album précédent. Nous berçant dans un conte triste cette chanson rappelle beaucoup des opening d’anime ce qui n’est pas étonnant puisque qu’elle sera utilisée pour le jeu Another Century’s Episode R .

À la suite de cette sortie, Acid Black Cherry se produit pour quelques dates entre le 4 et le 18 septembre afin de promouvoir ce nouveau single, puis les 27, 30 et 31 octobre lors du festival « Halloween Party » organisé par Vamps.
C’est avec ces trois derniers lives que se clôture cette si courte année 2010, mais les fans peuvent être rassurés puisque Yasu n’a pas perdu de sa qualité vocale ni de sa détermination dans sa carrière solo.

L’année 2011 s’élance pour Acid Black Cherry avec une tournée de ZEPP dans tout le Japon du 22 janvier au 8 février. Elle sera suivie par la sortie de leur dixième single « Shoujo no Inori III » le 30 mars. Ce single à la mélodie rythmée est entrecoupé de périodes sensuelles, explosives et agressives. Dans les paroles, Yasu semble se mettre à la place d’une jeune femme qui porte en elle la souffrance mais aussi une petite vie. Cette chanson rappelle celles que nous pouvions trouver sur l’album « Q.E.D. »

Acid Black Cherry se lance ensuite pour cinq dates de concerts. Les trois premières étant des lives à leur nom et gratuits les 16,18 et 23 juillet. Puis les deux dernières étant une participation à l’événement 『a-nation 10th Anniversary for Life Charge & Go! ウイダーinゼリー』les 21 et 27 aout.

C’en suit la sortie du onzième single « Pistol ». La signification de cette chanson laisse assez perplexe. Comme à son habitude Yasu nous parle encore de relation sexuelle et comme assez souvent, la mort est mise en avant. L’extase semble implicite au baiser de la mort donné par le revolver. La mélodie entrainante donne un avant goût de ce qu’elle donnerait en live. Les guitares électriques aux sons agressifs et tirés se déchaînent tandis que la batterie est très présente et confère à la musique un certain engouement. Tout ceci s’accordant parfaitement à la voix de Yasu.

Le douzième single « Shangrila » sorti le 19 octobre se voit suivi de quatre représentations appelées « HALLOWEEN PARTY 2011 » les 21, 22, 29 et 30 octobre.
Cette chanson est extrêmement enjouée, rappelant le style oshare-kei très coloré et qui parle souvent de choses tristes de façon acidulée. Ce qui est le cas présent puisque les paroles parlent de désespoir, de la mort et de notre désir de vivre mais tout en nous faisant remarquer qu’il semble suffire de sourire pour que la vie devienne ensoleillée.

Le treizième single « Chou » sortie le 16 novembre, débute sur une touche jazzy où Yasu, dans le clip, porte un costume de mariage, le montrant sous ses atouts de crooneur. Puis la chanson se lance dans un vent plus rock mais délicat. La musique est recherchée bien qu’elle rappelle un peu les débuts de Acid Black Cherry dans son genre mais reste d’une grande qualité. Par contre les paroles laissent dubitatif face au clip qui dévoile une relation homosexuelle.

Le quatorzième et dernier single de cette année 2011, « Crisis », sort dans les bacs un 21 décembre. Cette chanson raconte une séparation triste mais avec une certaine douceur dans les paroles. La musique quant à elle est extrêmement rythmée et intense. Peut être même un peu trop, laissant un certain paradoxe entre le sens de la chanson et la mélodie qui ne dépeint pas ce sentiment de perte et de larme. Yasu ayant l’habitude semble-t-il d’exprimer les sentiments fort au travers d’une musique explosive.

Cette sortie coïncide avec celle du DVD « Acid Black Cherry Mini Best Singles & HISTORY DVD », elle est suivie d’un live de fin d’année le 25 décembre nommé « Acid Black Cherry Christmas ».

Le 18 janvier de l’année 2012, sort un single composé de deux chansons écrites par Yasu, « Yes ». La première piste « Yes » est une très belle chanson où Yasu semble presque pleurer tant sa voix exprime les sentiments. La musique débute par quelques notes de piano donnant le ton à la simplicité de cette mélodie qui n’en est pas moins poignante et envoutante. Le regret de n’avoir pu dire ‘je t’aime’ ou ‘adieu’ à une personne semble bien présente ainsi que la notion de don de soi mise en avant. Celle-ci est montrée dans le clip par l’échange d’un petit ruban rouge, semblant être le fil de la vie et qui se retrouve tout à la fin au doigt d’une petite fille qui était dans le coma et se réveille à l’hôpital. C’est d’ailleurs sur cette question « Alors pourrais-tu accepter cette bague ? » que la chanson se termine.
La seconde piste « Stop it love » ressemble à beaucoup de ses autres compositions et pourrait finir par lasser l’auditoire à moins que celui ci apprécie ce romantisme mélancolique à la voix sucrée et aiguë dont fait preuve la carrière solo de Yasu.

 

 « Kimi ga iru kara » est un single bonus mis en téléchargement à partir du 29 février pour une période de quelques mois. Cette chanson qui a été écrite et composée par Yasu au tout début de sa carrière solo est un véritable chant de remerciement à tous ses fans qui l’ont soutenu dans son rêve et qui sont sa force. La musique n’étant que le son d’une guitare acoustique qui laisse s’exprimer toute l’intensité des sentiments de Yasu et la puissance de sa voix qu’il a failli perdre en 2009… Aujourd’hui il exprime son désir de chanter pour tous ceux qui le soutiennent et qui font de son rêve une réalité.

C’est le 21 mars 2012 que sort son troisième album  » 2012 « , consécration de cinq années de carrière.
Tout comme le précédent album celui-ci suit une logique chronologique en fonction de l’ordre des chansons. Cet album exprime clairement l’histoire d’un personnage.
Commençant par une douce mélodie piano et synthétiseur « ~until~ », la voix de Yasu qui ne prononcera que quelques mots s’élève comme un pleur envers Dieu, une prière…
Contenant les pistes : Pistol, Shoujo no Inori III et Re : Birth. Des chansons dont le sens montre bien cette personne aux portes de la mort qui s’accroche à la vie et y cherche un sens.
« ~the day~ » est une douce mélopée centrale de transition mettant en avant cette notion de vie et de mort communément appeler ‘coma’. La musique étant composée à la guitare sèche associée à des effets sonores qui donnent vaguement l’impression de voix intemporelle ainsi que le ‘bip-bip’ vers la fin qui rappelle les machines qui surveillent le rythme cardiaque à l’hôpital…
« Sono hi ga Kuru Made » s’enchaine automatiquement à « ~the day~ » sur le même genre musical sous entendant que c’est la suite de cette histoire mise en place dans cet album. Elle correspond aussi parfaitement à la mélodie qui ouvrait cet album avec « ~until~ ». Cette chanson, douce et particulièrement mélancolique où un chœur reprend le refrain d’une même voix, semble être la chanson de transition qui fait le lien avec toutes les chansons de l’album.
Avant de conclure, l’album s’enchaine sur Chou, Yes et Shangrila. Une trahison, un adieu et un renouveau dans l’espoir…
Pour finir avec « ~comes~ » dont la mélodie est simplement la fin de l’association de « ~until~ » et « ~the day~ ». Ces trois titres ne formant qu’une et une seule phrase « until the day comes » : jusqu’à ce que le jour vienne. Un renouveau, un retour à la vie..? Toujours est-il que Yasu met dans cet album le désir de lui donner une âme et une part de son cœur.