mJe vous parle d’un temps que les plus de 16 bits ne peuvent pas connaître, Disney en ce temps-là, nous accrochait avec ses Duck Tales, Quackshot et Castle Of Illusion jusque sur nos consoles portables.

Mais cela changea au fil du temps, les adaptations Disney devenant parfois enfantines mais pouvant passer au niveau gameplay pour ce public, parfois insipides, voire carrément mauvaises et injouables pour des enfants. Où sont passés la jouabilité léchée et les graphismes clinquants ? Apparemment ils sont restés en compagnie de Darkwing Duck et Aladdin dans nos consoles 8 et 16 bits. Et il faut rappeler qu’à l’époque, et oui je dis  » à l’époque  » je me mets à parler comme un vieux c.. caramel, on pouvait jouer avec n’importe quel personnage sans que cela ne nous pose de souci. L’arrivée des 32 bits signifiait que l’on prenait de l’âge avec le temps et certains changeaient de mentalité au passage. Ils ne pouvaient plus considérer jouer avec un canard, une souris ou un ranger du risque, ce qui rejoignait les nouveaux joueurs, ceux qui n’acceptent de prendre en main qu’un soldat surarmé ou une jeune femme surarmée aussi mais d’une toute autre manière…p

Mais souvenez qu’à l’époque, ouais je radote et c’est normal car les vieilles BDC (Bande De Cornichons) ça radote, Disney savait s’entourer de maîtres en la matière pour leurs jeux vidéo avec notamment rien de moins que Capcom et Sega ou bien encore David Perry et son équipe de chez Virgin Games. On peut donc imaginer que Disney Interactive, en solo par la suite, n’était pas foncièrement très porté sur la chose. Ce qui peut nous laisser penser cela à plus forte raison, c’est bien entendu leur rapprochement avec Squaresoft, devenu Square Enix depuis, offrant aux joueurs enfin une nouvelle expérience Disney reconnue en la personne de  » Kingdom Hearts « . Les aventures alliant et faisant s’affronter les personnages de ces deux mastodontes perdurent encore dix ans après le premier épisode et ont (re)donné l’envie à bon nombre de joueurs d’évoluer avec et ont peut-être même titillé certains créateurs de jeu.

Certains créateurs, à commencer par Warren Spector qui en maître du gadget a eu cette idée de relancer Mickey dans une grande aventure où la Wiimote servirait de pinceau. Résultat, Epic Mickey sorti il y a deux ans et qui voit désormais sa suite sortir, mais pas que sur Wii cette fois. Avec en parallèle la suite de Castle Of Illusion sur 3DS, si ça ce n’était pas prévu pour faire vibrer notre fibre nostalgique on ne s’y connait vraiment pas.o

Pour couronner le tout, le dernier film d’animation en date de Disney,  » Les Mondes de Ralph « , se situe dans le monde du jeu vidéo et ce n’est pas peu dire. Le personnage principal, Ralph, y fréquentant quelques figures mythiques du JV comme Zangief, Sonic ou encore Bowser. Une alchimie qui nous attire comme tout gamer, si bien qu’on a envie de le regarder au plus vite afin de savoir s’il restera gravé dans nos esprits comme peut l’être le film  » Super Mario Bros. « …,  » Mortal Kombat « , Christophe Lambert si tu nous lis, ou bien encore  » Street Fighter The Movie « , j’en profite pour saluer Raúl Juliá où qu’il soit. Ralph en profite d’ailleurs pour réellement intégrer un jeu au-delà son film, Sonic & All-Stars Racing Transformed.

Cette alliance entre Disney et un studio, voire même un créateur déjà bien implanté dans le milieu et maintenant ce film qui à première vue ne semble pas voguer dans l’irrespect du jeu vidéo, sonne bel et bien le retour du géant de l’animation, et pas que, dans l’univers vidéoludique et on ne peut que s’en réjouir lorsque l’on connait leurs oeuvres 8 et 16 bits. Voilà pourquoi vous découvrirez très prochainement plusieurs articles teintés Disney. Je suis d’ailleurs parti en enquête exclusive (oui je portais des grolles à dix mille balles) chez Disney où j’ai pu rencontrer Mickey Mouse en personne, enfin en souris, malheureusement à part faire de grands gestes il ne m’a pas confié grand-chose et cela ne mérite donc pas un article… Heureusement, j’ai aussi pu rencontrer quelques princesses de l’univers Disney, là ça mériterait plusieurs articles mais croyez-moi, mieux vaut que cela reste un mystère, comme l’est la magie de Disney…