mEditeur : Warner Interactive
Développeur : NetherRealm Studios
Type :Combat
Sortie France : 21 avril 2011
PEGI : + de 18 ans
Les autres plateformes : XBOX 360, PS3
En l’espace de presque 20 ans, la série Mortal Kombat est passée par bien des stades. Tour à tour acclamée et décriée pour son côté trash pleinement assumé, MK a souvent suscité bien des frustrations pour les joueurs, de par le côté rigide et austère de son gameplay. Avec cette dernière mouture fraîchement sortie, NetherRealmStudios (anciennement Midway Games) a clairement décidé de dépoussiérer sa licence mythique, tout en tâchant d’offrir au joueur un contenu qui se veut le plus complet possible. Fini les fantaisies des courses de kart ou des beat’em all souvent insipides, place à la baston, à la vraie. Oui, mais avec la manière.
Pas simple et encore moins simpliste
pQue retenir donc du gameplay, cœur du jeu ? Joie et allégresse, le retour aux sources ne passe pas que par une galerie des personnages les plus emblématiques de la saga. MK sent bon l’ancien temps, avec des combats rigoureusement en 2D dans des décors animés en 3D. Pas de pas de côté, pas de roulades, de la bonne baston d’antan. Pour autant le titre ne se veut pas simpliste et il serait criminel de l’accuser d’obsolescence, tant il se veut soigné et exigeant. Si un novice à Street Fighter peut potentiellement se débrouiller en appuyant au jugé sur tous les boutons de son pad, il en est tout autrement de MK. Le titre demande un timing relativement serré et une bonne coordination pour parvenir à manier correctement son combattant. Le manque de fluidité par rapport à d’autres jeux du genre (SF précisément, mais aussi BlazBlue) n’est qu’apparence, et l’enchaînement de combos meurtriers demande un excellent sens de l’anticipation. En ce sens, MK n’est pas sans rappeler un de ses illustres cousin, Killer Instinct, qui avait élevé la pratique du combo au rang d’art. Combos dont l’objectif, selon les développeurs, a été de laisser un maximum de liberté au joueur. Pas d’enchaînements prédéfinis donc, mais une multitude de possibilités pour tatanner un max son adversaire. Plaisant. Autre nouveauté, la jauge classique de « super » se chargeant au fil du combat et permettant de balancer un coup spécial amélioré, de briser un combo ou de déclencher une attaque X-Ray aussi brutale qu’efficace.
Quand bataille rime avec tripaille
p
Quand on demande à un joueur de définir MK en un mot, celui qui revient le plus souvent est incontestablement Fatality. La mise à mort de son adversaire est une composante essentielle du jeu, sa marque de fabrique même. Ce dernier opus fait une large place aux meurtres les plus gores jamais vus dans la série. Gores et malsains même. Car l’esprit torturé des développeurs ne s’est manifestement pas préoccupé des émois des plus sensibles. Ca démembre, ça découpe, ça cuit de l’intérieur… Un véritable festival de garçons bouchers ! Passé le premier choc, on en redemande.

Si côté massacre le joueur se trouve largement servi, il en est de même pour le contenu du jeu. Loin de ne proposer que des affrontements en mode arcade classique, il est possible de jouer en tag team, mais aussi de participer à un ensemble conséquent de défis (300 en tout), ainsi qu’à un mode Histoire plutôt pas mal fichu. Si l’on fait l’impasse sur un doublage français plus qu’approximatif, ce mode permet d’en apprendre davantage sur la trame de MK, en incarnant l’ensemble des personnages de la saga présents dans cet opus. Trame qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle racontée dans MK Armageddon, mais cependant mise en scène avec brio.

Un mot rapide sur les graphismes. MK est beau, sans être sublime. On appréciera tout particulièrement l’effort fourni sur les détails. Les combattants s’amochent au fil du combat, les cascades de sang les aspergent de grenadine, les arbres du décor se meuvent au fil du combat… Autant de points qui mis ensemble contribuent grandement à l’ambiance glauque et macabre.

Finish him, or not?

pAlors, MK, jeu parfait ? Non. D’une part, tout le monde n’accrochera pas à la déferlante sanguinolente. Certes, c’est un parti pris pour contenter les fans, mais certains risquent de faire l’impasse sur ce titre réputé, à juste titre, trop violent pour les plus jeunes. D’autre part le gameplay, malgré toute sa richesse, risque d’en rebuter plus d’un de part sa rigidité apparente. Une fois encore, il s’agit d’un élément caractéristique de la série, mais qui a prouvé à plus d’une reprise ses faiblesses face aux autres cadors du jeu de baston.

On déplorera enfin la politique – assumée – des personnages additionnels proposés à prix d’or. Car oui, si vous souhaitez débloquer Rain, Skarlet ou encore Freddy Krueger, il vous en coûtera la rondelette somme de 400 points par perso. Les plus acharnés se jetteront dessus, mais les autres risquent de faire l’impasse. Une perte mineure au vu du contenu plus que conséquent du titre, mais tout de même.

 

LES NOTES

Réalisation : 8,10

Ce n’est pas le jeu du siècle, mais les personnages, les décors et le détail apporté aux mises à mort sont plus que bons. Mention très spéciale aux Fatalities, vraiment infâmes.

Gameplay/scénario : 8/10

Certains accrocheront, d’autres pas. Mais une fois le titre en main il confère un réel plaisir de jeu. Les combos s’enchaînent sans avoir besoin d’être un pro du timing à la frame près, tout en restant tout de même assez exigeant pour ne pas se révéler simpliste. L’histoire, quant à elle doit être prise au second degré, car la trame kitsch de MK est digne des meilleurs films de série B. Cela étant, il faut lui reconnaître un caractère étoffé. Un aspect soigné du titre.

Durée de vie : 9,5/10

Sans doute l’un des gros points forts du jeu. Vous allez devoir passer de très longues heures devant votre console avant d’espérer débloquer l’ensemble des défis, récompenses et autres costumes secrets. Le mode en ligne est plaisant et les serveurs rapides. 

Bande-son : 7/10

On regrettera le double français vraiment douteux. Pour le reste, les bruitages des démembrements et autres bidocheries sont de bonne facture. Musiques correctes.

NOTE GLOBALE : 9/10

MK était attendu par les fans comme le messie qui redorerait enfin correctement le blason de la licence : mission accomplie, avec brio s’il vous plaît. Gore, intense et profond, MK est un titre qui ne manque pas d’atouts. Les âmes sensibles passeront leur chemin, mais les fans de jeux de baston peuvent y aller les yeux fermés. Un excellent jeu. 

La note du testeur : 8,5/10 (Tisseur de Rêves)

Splortch, aieuuu ! C-c-c-combo breaker ! Voilà en trois mots comment je résume cette excellente mouture d’une licence qui a bien souffert au fil des années. Mention plus qu’honorable pour celui-ci. Que c’est bon d’arracher les membres de ce salopard de Noob Saibot ! Sans doute pas le jeu de baston du siècle, mais côté fan-service, on est servi !