• La population japonaise est fortement bouddhiste ou shintoïste, les Chrétiens ne représentant que 1% de la population.
  • Noël «Kurisumasu» (prononciation japonaise du mot « christmas ») n’y a donc pas une aussi grande connotation religieuse que dans les pays occidentaux.
  • On y célèbre la légende du Père Noël, de Saint Nicolas plutôt que la naissance du Christ. C’est alors pour les parents l’occasion d’offrir des cadeaux aux jeunes enfants tant qu’ils croient encore au monsieur au manteau rouge et à la barbe blanche ^^
  • Pour les plus grands, c’est seulement l’occasion de manger le gâteau de Noël et non une bûche comme dans nos pays. Ce gâteau est réservé aux amateurs de sucre et à ceux qui n’ont pas peur de prendre quelques kilos, étant essentiellement composé de génoise, de fraises et de crème chantilly.

 

Gateau-Noel

 

  • La fête de Noël n’est arrivée qu’au début du 20ème siècle au Japon. Dans les années 70, les occidentaux expatriés au Japon recherchaient pour les 24 et 25 Décembre des dindes ou des poulets entiers. Mais à cette période, seul KFC en proposait. Aujourd’hui, la tradition s’est répandue, a perduré, et il paraîtrait qu’il faudrait réserver 2 mois à l’avance pour pouvoir déguster son poulet-frites by KFC le 24 au soir
  • Pour les jeunes, le 25 Décembre est la fête des amoureux, un peu comme la Saint Valentin : ils s’offrent un chocolat et se font leur déclaration.

 

kfc(1)

Ils passent la veille de Noël ensemble. Noël s’est placé sous le signe du romantisme pour eux.

                      

Bien sûr, pour l’occasion, les grandes villes comme Tokyo se parent de lumières.

Mais cet évènement est avant tout commercial et, depuis le tremblement de terre, les ventes ont augmenté, car Noël est l’occasion pour les Japonais de passer un moment en famille ou/et avec la personne qu’ils aiment.

  • Puis vient le Nouvel An (oshôgatsu ou ganjitsu) qui est célébré depuis des siècles. Jusqu’en 1873, il était basé sur le calendrier chinois et donc fêté début Février juste avant le début du printemps.
  • Pour les Japonais, avant le jour de l’an, on effectue un grand ménage, le ösöji, afin de purifier la maison. Dans la tradition, ils devraient aussi avoir réglé les affaires en cours et leurs dettes avant d’entamer l’ômisoka, le réveillon du 31 décembre.Japon-Noel-fete-des-amoureux(1)
  • La porte des maisons est pour cette occasion décorée avec le kadamatsu qui veut dire « pin du seuil ». C’est un objet décoratif fait de pin et de bambou. Il représente respectivement la longévité et la santé. Est mis aussi un shimenawa au bas de la porte. C’est une corde sacrée constituée de torsades de paille de riz plus ou moins grosses tressées de gauche à droite
  • kadamatsu  shimenawa

Une offrande est également déposée dans le tokonoma. C’est une petite alcôve sur un plancher surélevé en tatami où sont exposées des calligraphies, des estampes japonaises gravées sur bois, des plantes, etc. Cette offrande est surmontée d’un simenawa : gâteau de riz empilés appelé kagami mochi et d’une petite orange amère appelée daidai.japon5

japon1

 

tokonoma

  • A minuit, le 1er Janvier donc, la coutume est pour les Japonais de se rendre au sanctuaire shinto ou au temple bouddhiste pour LA 1ère visite, le hatsumôde.
  • Lors de cette visite les japonais effectuent un rituel :
  •    > La 1ère purification à l’encens
  •    > La 1ère prière
  •   > Est bu le 1er verre de saké (le toso, qui est préparé avec des herbes médicinales et censé garantir une bonne santé pour l’année et est servi dans des coupelles laquées).
  •   > Est tiré le sort (omikuji, plus précisément ce sont des divinations écrites sur des bandes de papiers).

 

omikuji

Dans les temples bouddhistes sont aussi frappés, pendant cette nuit du 31 Décembre, 108 coups de gong. Ils sont censés représenter les 108 maux et péchés bouddhistes, et chaque coup représente une prière pour libérer le monde d’un de ces péchés.japon3

  • Les Japonais rendent traditionnellement visite à leur famille et leurs amis. Des étrennes sont aussi données aux enfants, otoshidama. Entre collègues, des cadeaux d’une valeur de 5000 yens (soit 30 euros) sont aussi échangés (o-seido)
  •  otoshidama takarabune
  •  Dans la nuit du 31, les parents placent une image du Takarabune, le navire des 7 divinités du Bonheur, sous l’oreiller de leurs enfants pour qu’ils fassent de beaux rêves. Si leurs rêves sont doux, alors, selon la croyance, leur année sera prospère et douce.trennes(1)
  • Jusqu’au 31 Décembre, les Japonais se disent « yoi o-toshi o » soit « bonne année », puis à partir du 1er Janvier « akemashite omedetou » c’est-à-dire : félicitations à l’aube de cette nouvelle année. Ils se souhaitent aussi de bons vœux par cartes postales (nengajô = carte de félicitations de l’année). Ils envoient d’ailleurs leurs cartes de sorte qu’elles arrivent le 1er Janvier et ce depuis l’époque de Heian (794-1192).
  • Mais, le 1er Janvier, c’est une grande fête familiale où l’on mange la cuisine du jour de l’an « osechi ryôn ». Celle-ci est préparée à l’avance par les mères de famille. Elles conservent les plats dans des boites en laque joliment décorés, des jubakô. La nourriture est préparée à l’avance parce que rien ne doit être fait pendant les 3 premiers jours de Janvier selon la tradition.
  •  jubakô
  • Donc, pour l’ômisoka (le réveillon) les japonais mangent une soupe chaude accompagnée de soba (nouilles au sarrasin). Ils vont aussi prendre le zôni, un bouillon qui se mange traditionnellement avec des baguettes de saule non laquées et qui est composé de mochi (préparation à base de riz gluant), qui cause chaque année plusieurs morts…
  • Alors si jamais l’envie d’aller passer le réveillon du 1er de l’an Japon vous prenait … Attention aux mochi