C’est à 20H04 que les lumières de la salle s’éteignent pour laisser place aux spots de couleur et à la musique d’intro. Les artistes arrivent sur scène et d’entrée de jeux, chauffent la salle avec « Créature ». Ils n’ont pas trop à faire puisque le public semble déterminer à faire de cette soirée un vrai live de métaleux déchainés. La voix éraillée de Ai en laisse aucun doute.
C’est avec « Dead Blaze » que Ai se lance dans ses growls qui fait office de déclencheur chez les fans pour un headbang général. La basse et la double pédale entraine des pogos de tout cotés. L’intensité du live est poignante, ce n’est pourtant que la seconde chanson !
Si le chanteur est bien visible en devant de scène, le batteur ne l’ai pas du tout surtout du fond de la salle. Quand au guitariste Takaki il semble plus timide mais offre de jolis sourires aux personnes en face de lui. Le bassiste Kosuke quand à lui vient au devant des fans et leur adresse des signes rendant le public plus survolté qu’il ne l’était déjà.
« Allure » se lance, bien qu’un temps plus mélodique elle n’en reste pas moins à l’image de DeathGaze et de leur fans. Ne laissant aucune pose nous passons déjà à « Ring the death knell » Ai enchaine des passages mélodiques avec d’intenses growls. C’est en plein cœur de ce mélange acidulé-sucré que Takaki s’approche pour jouer son solo… Qui aurait mérité de durer un peu plus longtemps. La température de la salle est en perpétuelle augmentation et ce n’est pas avec le comportement scénique du chanteur qui cherche à exciter la fausse que ça va se calmer. D’autant que le bassiste sait lui aussi mettre l’ambiance. Kosuke a une réel présence au près des fans. Il n’hésite pas a se lancer dans un headbang en bordure de scène.
C’est sur « Vice » que Takaki se décide enfin à s’approcher du bord. La mélodie ne dénote pas vraiment des autres mais reste au même niveau. Nous somme de toute façon qu’au début de ce live.

Nous repartons sur du très lourd niveau des growls et de la rythmique avec « Newborn-wrongfullife », donnant un vent de headbang général encore plus motivé que précédemment et qui ne perd pas son souffle à l’arrivé de « Downer ».

C’est avec sa suivante « Sorrow » que DeathGaze nous plonge dans un instant de calme. Un petit moment plus triste aussi. Le public s’est calmé et c’est attentif qu’il reste à écouter la voix et les solos de guitare de Ai. Cette atmosphère ne retombe pas et s’enchaine avec « Forsaken ». La voix écaillé et douce s’entremêle aux lignes de basse. Takaki laissant l’air s’imprégner d’un très joli solo. Cet interlude plus sentimental prend fin sur un cri déchirant du chanteur.
La température ayant un peu chuté c’est à grand coup de « OYE ! OYE ! » façon deathvoice et scandé par tout les membres que le groupe remotive son public pour la suite de ce concert. Evidemment ceux-ci ne manque pas de lancer des « Thank you ! » le visage enjoué par le plaisir de voir leur public apprécier leur venue en France.
C’est avec « Malice » que le concert se poursuit, Kosuke faisant les cœurs aussi bien pour le refrain que pour les growls. Les membres du groupe venant au devant des fans même Takaki qui semblait plus timide se lâche enfin. L’ambiance se retrouve aussi bien sur scène que dans la fausse.
A la fin de la chanson Ai lance des « Ikeruke ! » à n’en plus finir. A savoir que cela signifie : Allons-y !
« Mettons l’ambiance ensemble » serait une façon d’exprimer son plaisir et cela les fans l’ont bien comprit. « Crash Down » remet le public dans un état d’excitation tel qu’il était au début il y a à peine 1H de cela. Pogo et headbang s’enchaine. Et si peu ou pas de slam furent au rendez vous, il en aurait été autrement si la salle fut mieux adapté à ce genre de pratiques. Tandis que le public est à fond, les membres de DeathGaze eux aussi se lâche complètement.

Ai va pour s’exprimer mais les fans se mettent à chanter « Happy Birthday to Takaki ». Ce qui les fait sourire et le guitariste remercie en français de cette touchante attention à son égare.
Une fois le public prêt pour la suite du live et un discourt de remerciement de la part du chanteur c’est avec « Paranoid Parade » que reprend le show suivit par « Undead Fact » sur les quelles Kosuke ne cesse d’entrainer le public à scander des « Hey ! Hey ! Hey ! ». La fin de la chanson de fait mélodique avec le solo de guitare et un passage vocal très calme.
La fatigue commence à se faire un peu ressentir auprès des fans qui sur « 死桜 » se donne pourtant à fond mais pas autant qu’au tout début. Peut être est ce aussi cette perpétuelle successions de riffs sombres et intense qui ne change pas de beaucoup. Chaque mélodie à son timbre propre mais le rythme est toujours aussi intense. Il fait excessivement chaud, certain homme dans le public se retrouve même torse nue ! Alors que la première partie semble se terminer, lors de « Domestic pig#1013  » Ai tombe dans le public une première fois. Est ce ce qui motive de nouveau la foule ? Le public semble de nouveau reprendre toute son énergie et c’est sous les riffs de « Abyss » que les pogos s’enchainent. La température est plus que étouffante et pourtant après avoir lancé « last song », Ai passera plusieurs minutes à chauffer le public. C’est la dernière chanson de ce concert et cela c’en ressent. Le public est tellement à fond qu’on a du mal à se demander comment cela se fait qu’il n’y a pas de blessé… Le chanteur voulant profiter de cette engouement s’approche de nouveau un peu trop prêt du bord et se retrouve dans la fausse. Takaki et Kosuke de leur coté donne le meilleur d’eux pour clôturer cette première partie de live. Quand la chanson se fini, le public est remonté à bloc et semble vraiment satisfait.

Quelques minutes de pause avant de reprendre avec un bon rappel de 7 chansons. Mais avant de commencer seul Naoki et Kosuke monte sur scène pour jouer un duo très appréciable.

Ai et Takaki reviennent sur scène à leur tour. Les membres du groupe portent alors le t-shirt de la tournée. Chacun des membres entraine le public à scander des « Hoy ! » à tour de bras. Ai attrape sa guitare et… « Iridize Dream » est lancé. Cette chanson d’un hard rock moins agressif est appréciable pour un début de seconde partie. Elle est énergique mais sans trop de brutalité et le refrain est repris par tous. Les fans commencent à s’échauffer sans pour autant se bousculer dès le début.
Ai garde sa guitare pour jouer « The End » une chanson plus douce mais pas autant que les précédente qu’il a déjà joué à la guitare. Bien qu’il y ait un passage à vide où la voix du chanteur est mise en valeur, les growls et les headbangs s’enchainent même sur le petit solo de Takaki. « Decade » est celle qui suit. Cette chanson fait partie des plus calme et douce de la soirée. Le public semble d’avantage se concentrer sur la prestation du groupe. Le jeu de guitare de Ai reste pareille à lui même simple mais en accord avec l’esprit DeathGaze.

Après avoir reposé sa guitare Ai annonce qu’ils vont jouer « Chaos ». Ce mot qui sera scandé par le chanteur tout le long de la chanson sur des riffs redevenu bourrin. Les artistes ne demeurent pas statiques et vont au devant des fans pour headbanger en cœur. Avant de débuter la chanson suivante « I’m broken baby » le groupe fait monter l’intensité dans le public un bon moment. Ce qui à pour conséquence la reprise des pogos dans la fausse. Le coté métal et bourrin est présent tout au long de la chanson et la voix rocailleuse d’Ai se mêle aux riffs et à la double pédale bien présente. Cette dernière se ressent encore plus sur « リヒトゾイレ » et bien qu’épuisé par la chaleur et 1H30 voir plus de pogo, la fatigue ne se fait pas ressentir. Chacun des membres du groupe montre leur enthousiasme afin de le partager avec leurs fans. La réussite de ce live ne fait aucun doute et c’est avec « 闇に雨腐敗した世界 » que cette soirée se termine ! Cette musique un peu moins violente que les deux précédentes ne manquent toute fois pas d’intensité. C’est sur des headbang endiablé que va se clôturé ce live.

Derniers remerciements, derniers salut en cognant leur poing avec le public et c’est par un « Thank you ! Merci ! I love you ! » adressé aux fans que DeathGaze quitte la scène.
Ce live fut chaud, très chaud ! Très intense aussi mais il est fort à parié que le groupe reviendra donner à leur fans français un live avec une aussi bonne ambiance !
Merci à eux ! Merci aux fans de leur avoir fait partager une ambiance typiquement française et merci à B7Klan pour nous avoir organisé un live que tout métaleux qui se respecte aurait growlé de plaisir !