Voilà, les Journées Mondiales du Jeu Vidéo c’est fini, on va pas se dire aurevoir comme sur le premier Rygar, on se doit de remettre ça tous les jours dans nos vies ! C’est un peu comme la Journée de la Femme, cela ne doit pas être une seule fois l’an, non, c’est 365 jours par an sa fête et cela va de même pour notre passion commune, je parle du Jeu Vidéo là, pas de la Femme… Mais évidemment, ce fut trois jours un peu spéciaux, cela diffère de notre train-train quotidien de gamer dans lequel on se replonge désormais. Les JMJV c’est comme un amour de vacances, une histoire sans lendemain, mais à laquelle on repense le pad à la main. Il serait d’ailleurs fort intéressant que vous commentiez ce billet en parlant de vos JMJV, mais ça serait vraiment consensuel de vous demander ça et on risquerait de croire que je suis complètement malade, comme quand ma mère sortait le soir et qu’elle me laissait seul avec mon Pokemon version Noire. Alors je pourrais peut-être vous raconter mes JMJV, mais j’ai envie de vous dire  » Et puis quoi encore, ça va pas là oh ?! « . Je préfère conclure ce billet par une déclaration à l’attention du Jeu Vidéo :  » Je te kiffe comme un fou, comme un roi, comme une star de cinéma « .mo