Après s’être occupé de Burnout et de Hot pursuit, Criterion Games confirme [son talent] avec Most Wanted. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’Electronic Arts a bien fait de leur confier le volant de la saga, puisque ce nouveau Need for Speed est une vraie réussite.

Dans cet opus, le joueur a pour terrain de jeu une immense ville fictive, Fairhaven, où il devra faire ses preuves aux commandes d’une multitude de bolides tous plus rapides les uns que les autres. L’objectif est simple, devenir « le » Most Wanted, l’ennemi public n°1, et pour cela on dispose de plusieurs moyens : défier ses rivaux, la police ou bien ses amis.

MOSTWANTED_031

Côté graphique 

Il suffit de quelques accélérations entre les buildings pour se rendre compte que Fairhaven est une très belle ville, les textures et les effets de lumière sont à couper le souffle. Il se pourrait même que cet épisode reste dans les mémoires comme le plus beau jeu de course arcade sur cette génération de
console.

ED_022

Quant aux voitures, il n’y a pas grand chose à dire, mis à part que leur modélisation est proche de la perfection, même s’il faut avouer que Need for Speed n’a pas encore atteint le niveau d’un Gran Turismo. Les bolides sont tout simplement d’une beauté étonnante, chaque détail est rendu avec une fidélité et une précision impressionnante. Le seul reproche que l’on peut faire à Criterion, c’est le manque flagrant d’options de tuning poussées, alors que la saga avait habitué ses fans à pouvoir personnaliser quasiment tous les détails de leurs bolides. Néanmoins, ce défaut est contre-balancé par les 45 véhicules disponibles, qui sont d’une excellente qualité.

Et quand on se met derrière le volant, les animations sont très fluides et très dynamiques, la sensation de vitesse est très prenante, si bien que le moindre écart se paye souvent en taule froissée.

Quid du Gameplay

Comme tout NFS qui se respecte, il suffit de bien maîtriser les courbes et tout se passe bien, la conduite n’est donc en aucun cas surprenante. La différence majeure dans cet opus réside dans le système de « swap » qui permet de changer de véhicule à des points précis de la carte, ce qui se révèle très utile pour semer les forces de l’ordre qui vous poursuivent dès que l’on dépasse la vitesse autorisée.

Et une fois que l’on a fini le mode solo, il reste encore des centaines d’heures de jeu à notre disposition grâce à Autolog. Seul ou à plusieurs, on peut partager ses chronos sur les réseaux sociaux, défier ses amis ou des inconnus pour avoir le plus de Speed points et être le meilleur pilote du monde, en résumé, Challenge Everything !

Pour les néophytes, Autolog est le réseau social constitué par la communauté de Need for Speed, et dans sa version 2.0, il établit des suggestions aux joueurs pour qu’ils montrent leurs talents. Sans aucun menu et avec une fluidité quasi totale entre les défis, Autolog 2.0 est vraiment un plus dans l’expérience Need for Speed Most Wanted, garantissant ainsi des heures de challenge et de divertissement.

D_024

Le cœur de ce jeu est donc clairement le multijoueur, et la possibilité de créer un enchaînement de cinq épreuves sans aucun temps mort est vraiment une  belle expérience qui donne à la compétition encore plus d’intensité…et de Speed points.

Verdict 

Clairement amoureux de la saga, être objectif se révèle être un défi de taille. L’ambiance Need for Speed est bien respectée, les défis sont nombreux et variés, et avec Autolog, on n’a pas fini de drifter ! Il n’y a qu’une seule mise en garde, le test s’étant déroulé sur AlienWare il se peut que les graphismes soient moins bons sur des machines standards mais, même en prenant en compte ce détail, Need for Speed est « le » jeu à acheter dès sa sortie le 2 novembre 2012 sur Xbox 360, PlayStation3,Vita, PC, iOS et Android.

Il ne vous reste plus qu’à déambuler dans les rues de Fairhaven et devenir le
Most Wanted, mais n’oubliez pas d’attacher votre ceinture !