Dans le vaste univers des mangas, la plupart des œuvres les plus connus sont les shojo ou les shonen. Les seinen, quant à eux, sont souvent mis de côté, sortis dans l’ombre des titres phares alors que certains sont de petits bijoux.

Le manga de Fumiyo Kouno, Pour Sanpei, connu sous le nom de « Sansan Roku » au Japon, est publié en France en 2009. L’histoire qui se développe sur deux tomes, nous emmène au sein d’une famille japonaise contemporaine.

L’intrigue suit la vie de Sanpei, un sexagénaire, qui à la suite du décès de son épouse, vient vivre dans la maison de son fils. Alors que Sanpei trie ses affaires, il découvre un cahier écrit par sa femme, où cette dernière lui expliquait les petites choses de la maison et le caractère de sa famille. Grâce à ce cahier rédigé « pour Sanpei », les chapitres se dévoilent, narrant des faits de la vie de tous les jours.

Au fil des chapitres, Sanpei fait réellement connaissance avec sa famille car il ne peut plus se reposer sur sa femme. Rien n’est décrit avec dramaturgie : dans cette histoire, tout est finesse et poésie. Par des petits gestes de la vie de tous les jours : faire le ménage, repriser  un bouton, tenir la maison, le personnage de Sanpei se radoucit. Bougonnant de prime abord, Sanpei se prend d’affection avec sa famille.

Loin des histoires à multiples rebondissements gargantuesques,  Pour Sanpei invite le lecteur à se blottir dans une couverture et à prendre un instant de douceur.

Côté graphisme, Fumiyo Kouno use d’un trait clair, appliquant très peu de trames. Ainsi, le dessin est simple sans être simpliste, ce qui correspond avec l’histoire.

Pour Sanpei est une histoire qui convient à toute personne aimant la bande dessinée et cherchant à découvrir de nouveau manga.