aThief, auparavant baptisé « Thi4f » est le reboot d’une série qui a fait vibrer bien des joueurs PC. On y incarnait Garett, voleur a ses heures, essayant de tracer son chemin dans une ville bien sombre et déprimante. Le nouveau se hausse-t-il à la hauteur de ses illustres aînés ? Pas vraiment…

aLe jeu commence alors que Garett cambriole un pauvre bougre assoupi. On fouille les tiroirs, ramasse l’argenterie et les pièces etc… Puis Garett rencontre une de ses comparses avec laquelle il décide de faire une course de toit en toit, ils effectuent deux trois larcins, jusqu’à tomber sur une bande de papys en robes qui effectuent une incantion style Full Metal Alchemist, ça se passe mal, et Garett se réveille un an plus tard, sans trace de son amie. C’est très étrange comme scénario et pas franchement intéressant. Et ce n’est pas le héros qui va changer ça, non seulement celui-ci ne parle presque pas de toute l’aventure, mais il est laid. Le design du personnage est très mal fichu. Les doubleurs ne valent pas énormément plus. Pour une fois ils sont mauvais, même en anglais Le scénario est un vague prétexte a enchaîner des parcours d’infiltration, pas excellents qui plus est…

 

Le voleur sans liberté

eLe gameplay est assez frustrant. Pour se cacher Garett glisse d’ombre en ombre. C’est assez étrange de voir un PNJ vous fixer droit dans les yeux sans vous voir parce qu’il y a de l’ombre a 3m de lui, mais soit. Vous glissez donc de zone d’ombre en zone d’ombre en essayant d’éviter de faire du bruit. La possibilité d’éteindre les lumières avec des flèches d’eau est assez rare, contrairement à ce qui était montré dans les présentations de gameplay, la plupart des lumières sont impossibles à éteindre.

Garett est un voleur particulier : il est cloué au sol. Si le jeu commence sur les toits, le joueur devra les trois quarts du temps procéder sur le plancher des vaches, qui se constitue le plus souvent de couloirs étroits. Ce n’est pas du tout l’esprit des Thief originaux, c’est une grosse déception. Il y a bien une trappe, ou une poutre de temps en temps pour essayer de diversifier (2 chemins au lieu d’un seul youhou!) mais c’est très insuffisant.

Enfin on peut souligner que les contrôles sont énervants, On voit sans arrêt Garett se coller à une table dont on veux simplement fouiller les tiroirs, ou se coller à un mur quand on veux fouiller un cadavre, ou se planquer derrière une colonne quand on essayait de faire les poches à un garde. On relèvera aussi qu’étant un voleur, on est obligé d’ouvrir des fenêtres en permanence, et cela se fait toujours via la même QTE sans intérêt qui consiste a marteler la même touche jusqu’à ce qu’on puisse entrer. Inutile et énervant.

 

La jolie Cité par à-coups.

Tout n’est pas à jeter dans le nouveau Thief, si Garett est manchot et moche, et qu’on passe notre temps dans des couloirs sombres, la cité, elle, a au moins a le mérite d’avoir été lé fruit d’une direction artistique de qualité. Cette sale vile rongée par la maladie la corruption et la haine est très convaincante. C’est ironiquement peut-être le meilleur personnage. On aurait aimé pouvoir l’explorer de manière plus verticale et pas être cloué aux seules rues.

Pourtant même ici tout n’est pas rose. Sur une configuration de PC très musclée, le jeu saccade beaucoup. Malgré le fait que les couloirs qui composent ce jeu soient courts et étroits, le jeu a sans cesse besoin d’effectuer de nouveaux chargements. Un travail d’optimisation aurait été le bienvenue.

 

Thief est un reboot raté, c’est clair. L’histoire ne happe pas le joueur, et ce n’est pas les contrôles capricieux ou le gameplay sans liberté qui rattrapent le lot. C’est très frustrant de la part du studio responsable de l’excellent reboot de Deus Ex. On espérait un Deus-ex médiéval, mais on a plutôt l’impression d’avoir le droit à un très pâle ersatz de Dishonored.